Accueil ^ Étude de cas ^ Accompagner les transitions ^ Achat de formation et transition écologique : des nouvelles exigences aux nouveaux usages
19 janvier 2024
3 min de lecture

Achat de formation et transition écologique : des nouvelles exigences aux nouveaux usages

Au-delà de témoigner des pratiques éco-responsables, il s'agit désormais de prouver que les impacts sur l’environnement sont bien pris en compte à tous les niveaux de l’organisation : depuis l’ingénierie des dispositifs jusqu’à l’exécution des marchés

Achat de formation et transition écologique : des nouvelles exigences aux nouveaux usages

Les organismes de formation doivent, comme tous les acteurs économiques et sociaux, relever les défis de la transition écologique et du développement durable. Ils sont attendus sur ces sujets par les financeurs et donneurs d’ordre, qu’il s’agisse de Pôle emploi ou des Conseils régionaux dans le cadre de la formation des demandeurs d’emploi, des OPCO pour les formations en alternance, des entreprises pour les plans de développement des compétences, etc.

Le poids des critères environnementaux ne cesse d’augmenter dans les appels d’offre et consultations et le niveau d’exigence aussi. Certains acheteurs font même de ce critère un préalable au référencement.  Il ne s’agit plus « uniquement » de témoigner de pratiques éco-responsables mais bien de prouver que les impacts de la transition écologique sont intégrés à tous les niveaux de l’organisation et notamment la capacité à limiter l’impact sur l’environnement lors de l’exécution du marché.

Tout le monde est convaincu de l’impérieuse nécessité de repenser ses pratiques, rapidement. Mais par où commencer ? Quelles sont les priorités d’actions pour les organismes de formation ?

 

L’analyse des appels d’offres, des appels à proposition, des cahiers des charges et des critères de sélection des acheteurs publics ou privés fait apparaître 5 priorités :

  1. Développer des pratiques éco-responsables en tant qu’organisation : à partir d’un diagnostic coût carbone par exemple, mettre en place les plans d’action pour optimiser les déplacements, travailler au niveau des immobilisations (bâtiments, véhicules, parc informatique, mobilier, …), optimiser le poste énergétique, développer des pratiques d’achat éco-responsable, recycler les déchets, … mais aussi s’investir dans des initiatives partenariales ou territoriales.
  2. Former les formateurs, ingénieurs de formation et concepteurs : ils représentent un levier essentiel mais sont aujourd’hui insuffisamment informés et mobilisés. L’objectif n’est plus uniquement de les sensibiliser mais de les mettre en capacité d’intégrer les enjeux du développement durable dans leurs pratiques (ingénierie et contenu des formations)
  3. Former des écocitoyens : proposer dans les parcours et modules de formation, quels que soient les contenus et objectifs de ces formations, des dispositifs de sensibilisation aux enjeux de la transition écologique (éco-challenge, atelier collaboratif, guides, fresque du climat, modules et ressources digitales, test et quizz, …).
  4. Former des éco-professionnels : identifier les impacts de la transition écologique sur les métiers, activités et compétences et développer les dimensions formation afférentes même en l’absence d’évolution des référentiels de certification (les études et analyses prospectives pilotées par les Observatoires et les OPCO et répertoriées dans la Grande Bibliothèque de France Compétences peuvent être ici des ressources utiles)

  5. Eco-conception ou éco-ingénierie : développer des ingénieries de formation éco-responsables, intégrer les enjeux de « frugalité » comme des composantes à part entière de l’ingénierie de formation. Cela nécessite d’innover mais aussi de connaître les impacts des solutions ou modalités de formation mobilisées. Il est clair que la limitation des déplacements des stagiaires et le développement de solutions digitales représentent des solutions efficaces mais ces solutions ont aussi un impact, parfois considérable qu’il est difficile de cerner (cf. débats actuels sur l’IA générative).
Philippe Joffre

Philippe Joffre

Président

paradoxes conseil est un cabinet spécialisé né en 2006

Paradoxes est un cabinet de conseil spécialisé dans l’accompagnement des acteurs de l’emploi, de la formation et du développement de compétences.